Les naufragés de la crypto bientôt tous remboursés : espoir ou illusion ?

Les victimes du naufrage des entreprises de cryptomonnaie enfin remboursées : un espoir réaliste ou une illusion trompeuse ? #

Des naufrages qui semblaient sans espoir

En seulement deux ans, de grandes entreprises du secteur des cryptomonnaies ont fait faillite, laissant leurs milliers de clients dans une position délicate. Des noms bien connus tels que FTX, Genesis et BlockFi ont tous sombré, provoquant des pertes financières importantes pour ceux qui avaient investi dans ces plateformes. À ce moment-là, il semblait improbable que ces clients puissent un jour revoir leurs fonds.

L’espoir renaît grâce à la remontée des cours

Cependant, la situation a commencé à changer lorsque les cours des cryptomonnaies ont connu une forte augmentation, notamment une hausse de 155 % pour le bitcoin en 2023. Cette remontée des cours a joué en faveur des procédures de recouvrement, offrant ainsi une lueur d’espoir aux victimes des naufrages de la crypto.

Le début des remboursements, mais avec des limites

En 2024, plusieurs des entreprises qui étaient considérées comme les « Titanic de la crypto » ont commencé à effectuer des remboursements à leurs clients. Cependant, ces remboursements sont soumis à certaines limites.
Un exemple est le prêteur en cryptomonnaies Celsius Network, qui a déjà annoncé son plan de recouvrement. Ce plan, approuvé par 98 % des créanciers, prévoit le remboursement de 3 milliards de dollars en cryptomonnaie et en monnaie fiduciaire. Mais il convient de noter que le taux de recouvrement s’élève à seulement 79,2 %.
Selon les informations fournies par le compte X sur le réseau social CelsiusFactsNumbers, un créancier anonyme affirme que ce taux aurait pu être de 96,65 % en octobre. Cependant, il existe une différence entre le taux de recouvrement réel et celui suggéré. Cette différence est attribuée à des frais d’avocat élevés, des coûts de recouvrement importants et des actifs illiquides.

À lire Bitcoin : Faut-il investir maintenant que les nouveaux ETF Bitcoin accumulent 300 000 BTC avec $6 milliards d’afflux net?

Des frais élevés et des actifs difficiles à liquider

D’après les documents fournis par ce créancier anonyme, il semble que Celsius Network a dû faire face à des frais d’avocat de 165 millions de dollars, des coûts de recouvrement de 125 millions de dollars et des actifs illiquides d’une valeur de 156 millions de dollars. Ces facteurs ont donc entraîné une diminution significative du taux de recouvrement réel.

Un remboursement partiel mais encourageant #

Malgré ces limites et ces frais élevés, le fait que des remboursements aient effectivement lieu est une lueur d’espoir pour les victimes des naufrages de la crypto. Cela démontre que, même après une faillite, il est possible de récupérer une partie des fonds investis.
Néanmoins, il est important de rester réaliste et de prendre en compte les défis auxquels ces entreprises font encore face. La volatilité des cours des cryptomonnaies, les frais juridiques élevés et les actifs illiquides sont autant de facteurs qui peuvent compliquer les procédures de remboursement.

En résumé, les naufragés de la crypto peuvent enfin entrevoir une lueur d’espoir quant au remboursement de leurs fonds perdus. Les remontées des cours des cryptomonnaies ont joué en faveur des procédures de recouvrement, permettant ainsi à certaines entreprises de commencer à rembourser leurs clients. Toutefois, il convient de noter que ces remboursements sont soumis à des limites et à des frais élevés. Malgré ces obstacles, il est encourageant de constater que la récupération d’une partie des fonds est possible, offrant ainsi une certaine réparation aux victimes de ces naufrages financiers.

Nathan

Bonjour, je m'appelle Nathan et je suis passionné par la cryptomonnaie, la blockchain et le développement. Avec 26 ans d'expérience, je suis prêt à vous aider à mieux comprendre et utiliser ces technologies innovantes. Bienvenue sur mon site !

CryptoMarkeTop est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :